Etudes sur le vocabulaire philosophique du Moyen Age by Pierre Michaud-Quantin

By Pierre Michaud-Quantin

Show description

Read or Download Etudes sur le vocabulaire philosophique du Moyen Age PDF

Best french_1 books

Чертежи кораблей французского флота - DECIDEE 1899

Изображения: черно-белые рисунки

Additional info for Etudes sur le vocabulaire philosophique du Moyen Age

Example text

7 Cité par A. LESNE, Histoire de la propriété ecclésiastique en France, t. 1940, p. 408. Toujours dans la période carolingienne, citons encore l'emploi spécial de logica chez Richer: il veut aller en Espag"ne pour apprendre la médecine théorique, logicam YpPocl'atis, par opposition à la méthode empirique enseignée dans son milieu (Histoil'e de France, IV, 50, éd. , t. II, p. 224). i! PIERRE DAMIEN, De divina omnipotentia, chap. 5, P. , t. CXLV, p. 603. 9 GARNIER DE HÂLE, Paraclitus, éd. -W. Hoogterp, «Archives d'his.

634, f. 78v), JEAN HALBI DE GÊNES, S. v. logic4.. 7 Cité par A. LESNE, Histoire de la propriété ecclésiastique en France, t. 1940, p. 408. Toujours dans la période carolingienne, citons encore l'emploi spécial de logica chez Richer: il veut aller en Espag"ne pour apprendre la médecine théorique, logicam YpPocl'atis, par opposition à la méthode empirique enseignée dans son milieu (Histoil'e de France, IV, 50, éd. , t. II, p. 224). i! PIERRE DAMIEN, De divina omnipotentia, chap. 5, P. , t. CXLV, p.

Steele, in Opera bactenus il1edita Rogeri Baconis, fase. XIII, Oxford 1935, p. 116 1. 11. Êtudes sur le vocabulaire philosophique du moyen âge 81 d'·ensemble doctrinaux à l'inspiration fort différente, mais nous laissons à mieux qualifié le soin d'apprécier ce que constitue en fait le processus ainsi établi, synthèse légitime ou fâcheux syncrétisme. est « quod causae accic1it, scilicet cum causa intendit aliquem eHectum et ab iHo defielt ' cadens ad aliud » 41. ~La plupart des auteurs de cette époque s'engagent toutefois dans la voie ouverte par Roger Bacon, même les maitres-ès-arts: «Effectus fortuitus seu casualis 9ignum est plurium concurrentium, cum fiat ,a causa per accidens »43, écrit Jean de Dade tandis que l'auteur de la 2' série de Questions sur la Physique de Munich, éditées sous le nom de Siger de Brabant, dépasse ceHe simple allusion aux caus,es concurrentes pour aell'eiIHr la définition de Boèoe à côté de celle d'Aristote, l'effet~t'1a cause, amsi qu'il le précise expreslsément 44, Les théologiens ne sont pas moins exprès.

Download PDF sample

Rated 4.35 of 5 – based on 33 votes