Phonetique historique du mycenien et du grec ancien by Michel Lejeune

By Michel Lejeune

Los angeles e-book, en 1953, par Michael Ventris et John Chadwick des résultats de leurs recherches fut un événement capital, similar à ce que fut en son temps l. a. lecture des hiéroglyphes par Champollion l'écriture préalphabétique dite " linéaire B " - cette écriture qui fut celle des héros d'Homère -, était enfin déchiffrée. l. a. Phonétique historique du mycénien et du grec ancien est née de l'enthousiasme dû à cette ambitious découverte. Faisant abstraction de tout appareil d'érudition ou de bibliographie trop pesant, ce livre constitue une étude approfondie et riche d'exemples de cette langue trop longtemps imprecise que fut le mycénien. Avec los angeles Phonétique historique, cette forme archaïque du grec était enfin incorporée à los angeles connaissance de l. a. langue de Platon et lui donnait une size supplémentaire. Michel Lejeune, après un exposé sur l'alphabet mycénien, adopte une standpoint chronologique et relate l. a. préhistoire puis l'histoire de los angeles langue. Passionnés, érudits et curieux trouveront dans ces lignes les clefs nécessaires à une intelligence nouvelle de los angeles langue grecque et de son évolution.

Show description

Read Online or Download Phonetique historique du mycenien et du grec ancien PDF

Similar french_1 books

Чертежи кораблей французского флота - DECIDEE 1899

Изображения: черно-белые рисунки

Extra resources for Phonetique historique du mycenien et du grec ancien

Example text

Quelle importance donner à la peur de l’armée Rouge dans l’acharnement à combattre jusqu’au bout ? Pourquoi les officiers allemands, en particulier les généraux placés à des postes de commandement stratégiques, étaient-ils prêts à poursuivre le combat alors même qu’ils reconnaissaient la futilité de la lutte et l’absurdité des ordres donnés ? Quels rôles jouèrent les dirigeants nazis entourant Hitler – notamment le quadriumvirat formé de Bormann, Himmler, Goebbels et Speer – ainsi que les vice-rois de province, les Gauleiter, afin de permettre la poursuite de l’effort de guerre, envers et contre tout, jusqu’à l’autodestruction du régime dans le maelström d’une défaite militaire totale ?

Même si la fin de la guerre froide vit une sorte de renaissance de la théorie du « totalitarisme » 28, son insistance sur la terreur et la répression dans le contrôle de la « société totale » n’a jamais retrouvé la position qui était la sienne dans l’immédiat après-guerre en tant qu’interprétation du comportement des Allemands ordinaires sous le IIIe Reich. Au contraire : les recherches récentes ont eu de plus en plus tendance à insister sur le soutien enthousiaste des Allemands au régime nazi, et sur leur collaboration et leur consentement complice aux politiques qui conduisirent à la guerre et au génocide 29.

La déposition de Mussolini par son Grand Conseil fasciste en 1943 en est un parfait exemple. En Allemagne, en revanche, où tout le monde – les gens ordinaires comme ceux qui exerçaient un pouvoir civil ou militaire –, s’accordait à reconnaître que le Reich allait droit dans le mur, le régime continua de combattre jusqu’à ce que le pays fût entièrement détruit et placé sous occupation étrangère 20, contrairement à ce qui s’était passé en 1918. Les seuls exemples du même type qui viennent à l’esprit sont ceux du Japon en 1945 (qui capitula cependant avant l’occupation du pays) et, beaucoup moins probant – car cette guerre asymétrique fut de courte durée –, celui de l’Irak de Saddam Hussein.

Download PDF sample

Rated 4.18 of 5 – based on 50 votes